02 février 2006

Ce qu'elle jouait au piano...

e qu'elle jouait au piano n'avait pas d'importance. Elle n'y mettait qu'un coeur lointain, abreuvé à d'autres sources. Les notes lui déferlaient des doigts comme des souvenirs ou des messages sans destinataire. Ainsi il arrivait que s'approchant sans bruit, il entende et s'écrie : - Oh, elle est belle la sonate, la sonate au clair de lune. Elle levait alors des yeux barrés et répondait du ton de son octave : - Non, non, je l'ai écrite ce matin, je l'ai rêvée hier. Et tant d'indulgence dans son sourire qu'il en restait... [Lire la suite]
Posté par Verinok à 10:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mai 2005

Finn 3 - Elle devait prendre...

lle devait prendre à chaque instant le chemin escarpé, le chemin sans néons, celui qui la portait au dessus des semelles, vibrant de pierre en pierre comme un oiseau qui s'effrite en plein vol. Et le déséquilibre devenait sa monture, boitant ou dansant des deux jambes, godilles et loopings n'étaient pas pour cette fois, récompenser le style qui donc s'en soucierait, la victoire n'était-elle pas d'arriver presque intacte, les cheveux lancés par dessus l'épaule et ce sourire timide, fait de larmes et de vent, la gorge... [Lire la suite]
Posté par Verinok à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2005

Finn 2. Elle jouait...

lle jouait négligemment, comme si le jeu n'était qu'un pont entre deux ennuis, deux avions, deux amants.Elle portait haut l'ennui, et crâne comme une chatte ses petits. Les avions et les amants, elle les prenait indifféremment, jamais vraiment sûre ni du voyage, ni du vertige.Jamais elle ne fulgura en plein vol.Les mains croisées derrière la tête, image du désintérêt en route vers le "ah bon", elle faisait faire à ses cils la danse des sept voiles et tantôt, sur ses dents de petite bête, ouvrait un sourire dont nul... [Lire la suite]
Posté par Verinok à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2005

Finn. 1. Ses proches la suivaient...

              es proches la suivaient d'un regard sceptique, inquiet, lorsque glissant son torse mince au travers des tables sans même bouger les épaules, elle se frayait un slalom à sa taille qui la conduisait droit dans les bras du meilleur danseur. Il levait la tête, un éclair d'anxiété lui assombrissait les yeux, il se demandait sans doute pourquoi cette femme tranquille, belle et jeune attendait ainsi devant lui, le regard planté juste au... [Lire la suite]
Posté par Verinok à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]